Français | العربية

Présentation

Lancée en début 2006, cette stratégie se déclinait en 3 axes principaux :

  • Infrastructure : équipement essentiellement en salles multimédia (SMM) connectées à Internet ;
  • Formation des enseignants : initiation à l’informatique et à l’utilisation des TICE ;
  • Ressources numériques : création d’un laboratoire national des ressources numériques et d’un portail national TICE.

Fin juillet 2007, la première phase de déploiement du Programme GENIE prenait fin avec l’équipement de plus de 2000 établissements scolaires en salles multimédia, la formation d’environ 50000 enseignants et la production et l’utilisation de nombreuses ressources numériques sous forme de contributions des enseignants innovants ainsi que dans le cadre de projets pilotes avec des partenaires internationaux.

En vue d’améliorer son offre à la communauté éducative, la stratégie du Programme GENIE a été actualisée en juillet 2008. Une attention particulière s’est portée alors sur le mode d’équipement des établissements, sur l’ingénierie de la formation et sur les priorités en matière de ressources numériques, en vue d’atteindre deux objectifs majeurs :

  • L’amélioration de la qualité des apprentissages et le développement professionnel des enseignants ;
  • Le développement des compétences TIC des élèves.
  • Le développement des compétences TIC des élèves.

Désormais, le programme est rééchelonné sur une période de 5 ans (2009-2013) et se renforce de deux nouveaux axes stratégiques :

  • Pilotage du programme ;
  • Développement des usages des TICE.

Le programme GENIE est alors repositionné au cœur de la réforme du système éducatif dans le cadre du Programme d’Urgence (PU) sous le nom de code E1P10 (Intégration des TICE et de l’innovation dans les apprentissages).

Un plan d’action clair et concis détermine les grands chantiers du programme, les projets le constituant et arrête les moyens budgétaires à mobiliser pour atteindre les objectifs dans un échéancier plausible, s’étalant sur la période 2009-2013.

Réalisé par Laboratoire National des Ressources Numériques